down but not out


Bien que certains photographes de BMX, grâce en partie au sensibilité accrues des derniers reflex, laisse un peu de coté les flashs, comme Walter Pieringer, ces derniers sont la plupart du temps indispensables dans 90% des cas de mes photos. Et malgré la course à l’armement niveau flashs ces temps-ci avec les Lumedyne ou Elinchrom, les ptits speedlights ont toujours un très bon rapport puissance/poids/prix. Je me baladerais bien avec des dizaines si il n’y avait pas ce problème d’accus à tout le temps changer…
Voici un de mes plus vieux flashs, un Nikon SB25. Un poil plus cher mais un plus fiable & débrayable que les Vivitar 285.
Cela fait une paire d’années qu’il me suit et il a pris vraiment cher : La griffe a été explosé suite à une chute dans les environ de Peynier, j’ai donc mis un serflex transparent pour l’attacher à l’arrache à un trépied. Du scotch d’un coté pour éviter les faux contacts avec le cable syncro et enfin un élastique choppé à la Tunnel Jam pour bien serrer l’emplacement des piles pour que le flash ne s’éteigne pas.
Et bien malgré tout cela il tient bon!
Although some BMX photographers use less flashes than before, like Walter Pieringer theses times, they still plays a big role in BMX. And even if we tend to have bigger and bigger flashes like the Lumedyne or elinchrom, the speedlights maybe unbeatable if you think about power/price/weight. Only the short life of the batteries prevent me from having dozen
Here is one of my oldest speedlight, a Nikon SB25. A little more expensive than the Vivitar 285 but far better in my mind i’d say.
I’ve owned it for years and it has taken some bad crashes. The shoe is broken thanks to a fall near Peynier, i put some tape to prevent bad connection with the sync cable and a Tunnel jam bracelet to keep the batteries tight.
And it’s still alive!

SELECTED ARTICLES